Les démarches de construction anti-moisissures

Penser l’équilibre mouillage/ventilation/évaporation

 

La qualité de l’air ambiant et le taux d’humidité dans un milieu sont les principaux facteurs déterminant l’infestation de moisissures. Une construction bien pensée contribue à assurer que ces deux variables se maintiennent à des niveaux qui ne prédisposent pas à des risques d’hygrométrie trop forte. L’équilibre à établir fait jouer 3 facteurs. Il s’agit de tenir compte, au moment de bâtir, des facteurs de mouillage des murs extérieurs, du système de ventilation et de l’efficacité de l’évaporation. Ces schémas peuvent être réalisés à travers des choix concrets quant à la façon de réaliser une partie spécifique de la structure bâtie. La mise en place de barrière anti  capillarité fait partie des techniques destinées à éviter les infiltrations là où elles sont particulièrement handicapantes. Des traitements spécifiques sont appliqués sur les murs de soubassements ainsi que sur les maçonneries pour les rendre imperméables. D’ailleurs, toutes les parties enterrées sont réalisées dans des matériaux plus épais, car l’accumulation de l’eau en zone déclive les sollicite plus fréquemment.

 

Aménager des sous-sols qui ne favorisent pas la condensation

 

Le sous-sol est un espace qui peut largement rendre service. Mais si son aménagement est fait à la légère, il peut vite devenir source de problèmes majeurs liés à l’humidité. Cette dernière peut provenir autant des activités effectuées en interne par les occupants de la maison que des infiltrations extérieures. Bien aménager le sous-sol revient à considérer quelques points liés au rapport le plus souvent entretenu avec cette partie de la maison. L’entreposage figure en premier lieu. Il convient de se poser la question de la quantité et de la qualité des objets que l’on laisse au sous-sol. La possibilité pour l’air de circuler est essentielle. Avant de se retrouver avec un sous-sol occupé dans ses moindres recoins, il faut faire un tri des objets qui y resteront. Poser une limite est essentielle pour que l’on ne se retrouve pas avec un sous-sol surchargé de vieux objets qui attirent les moisissures plus que toute autre chose. Un diagnostic de visu de l’hygrométrie au sous-sol est utile avant de l’aménager. La présence de buée de condensation sur les vitres des soupiraux n’est pas bon signe. Le cas échéant, il faut identifier les origines probables de cette condensation et y remédier.

 

S’assurer un système de drainage efficace de l’eau

 

Une construction qui veut décourager les moisissures comporte un système de drainage sans faute. Depuis les puits de fenêtre aux descentes pluviaires, gouttières et toit, il faut s’assurer que le système éloigne l’eau du pourtour de la maison. Il faut aller jusqu’à vérifier le terrassement du terrain sur lequel le bâtiment est implanté. Si la qualité des éléments cités st peu satisfaisante, il n’y a pas lieu d’attendre pour y pallier. Les puits de fenêtre peuvent recevoir un système de drainage propre. Une correction de la pente du terrain n’est pas superflue si celle-ci n’est pas assez accentuée pour assurer l’écoulement de l’eau.  

 

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis !